Quelques conseils si vous recevez un enfant autiste à Noel.

Les fêtes de Noel sont synonyme de magie, de bonheur, de moments spéciaux passés en familles et auprès de ceux que l'on aime.

Pour les parents d'enfants autistes, cela peut aussi être source de stress voir un véritable enfer.

Nos enfants sont différents. Leur comportement l'est tout autant. Nous passons bien trop souvent les repas de famille à nous justifier en expliquant que non nos enfants ne sont pas mal élevés mais simplement différents. Et surtout que l'autisme est un handicap, même si cet handicap ne se voit pas.


Nous allons ici vous donner quelques conseils et vous expliquer certains comportements qui risquent de se produire. En se basant sur nos vécus, sur ce que l'on entend aussi. Cela permettra aux parents de l'enfant porteur de handicap, mais aussi à l'enfant et à vous même de passer un bon moment en profitant des fêtes!

C'est bien là le plus important.



1. Emploi du temps de la journée ou des festivités

Les enfants autistes de manière général aiment savoir comment vont se dérouler les choses. Qui il y aura, qu'est ce qu'on va faire etc...

Mon fils par exemple n'aime pas du tout les surprises. Et sans connaitre forcément l'heure exact de ce qui est prévu, il aime savoir ce qui va se passer et dans quel ordre. A moi ensuite de lui expliquer les imprévus possibles et dédramatiser et désamorcer si cela se produit. Cela aidera grandement à ce que l'enfant puisse etre rassuré et apaisé.


2. Menu Special

Les rigidités alimentaires sont un véritable casse tête pour les parents. N'hésitez pas à demander aux parents ce que préfère manger leur enfant. Vous pourrez faire votre menu comme prévu avec juste un petit extra pour que l'enfant soi content et se sente bien. Rassurez vous, concernant les rigidités alimentaire, les langoustes et le caviar sont rarement ce que préfèrent les enfants. Faire quelques pâtes ou autres ne vous prendra pas trop de temps et ne plombera pas votre budget. Cela pourra éviter une crise difficile.

Sachez aussi que concernant le repas, l'enfant ne pourra peut être pas attendre de longues heures avant de passer à table. Au de la des traditions ce qui importe le plus pour ces enfants et leurs parents c'est le confort de vie et à ce qu'on leur facilite les choses le plus possible.


3. Fatigabilité

Laissez les parents rentrer pour coucher leur enfant quand ils estiment que c'est le moment. Un enfant autiste se fatigue de manière général plus rapidement qu'un enfant neuro typique. Il est donc normal d'écouter son horloge biologique (ce que l'on ne fait pas assez souvent pour nous même d'ailleurs)

Concernant mon fils par exemple, si je ne le couche pas quand je vois les signes qui me disent qu'il est grand temps de le mettre au lit cela peut etre un drame absolu. Il peut avoir la tête qui tourne, vomir, avoir la migraine, être pris de tremblements incontrolables etc... Alors ne vous vexez pas si l'enfant se couche avant tout le monde ou si les parents doivent vous quitter malgré la bonne ambiance qui règne chez vous;

Sachez que souvent c'est à contre coeur que nous partons mais nous savons aussi que ne pas répondre aux besoins de nos enfants peut avoir des conséquences sur notre confort de vie et le leur.


4. Oui, il se lèvera de table!

Et honnêtement on s'en fiche! Je suis la premiere à laisser mes enfants se lever de table lors de repas de famille interminables! Je préfère qu'ils se forgent des souvenirs en passant un bon moment, en jouant, en riant. Cela me permet aussi de profiter du moment, d'avoir des discussions d'adultes qui ne regardent pas les enfants (même si attention les oreilles trainent). Laissez leur un peu de liberté! Cela ne fait pas d'eux des enfants mal élevés, cela fait d'eux des enfants tout simplement.

Il est rare pour un enfant de pouvoir rester assis trop longmptemps. On le voit aussi à l'école ou les activités demandées aux enfants changent toutes les 20 min ou toutes les 50 min en fonction de leurs âges.


5. Besoin de s'isoler

Trop de bruits, de lumière, de stimuli, de la fatigue, une frustration de trop et hop voilà une mega crise qui pointe le bout de son nez. Afin que le parent puisse calmer son enfant mais aussi pour que l'enfant puisse s'apaiser en toute discrétion, essayez si possible de prévoir une pièce (pas un endroit dans la pièce des festivités mais bien une pièce à part) pour que l'enfant puisse s'isoler si besoin. Enlevez ce qui peut être dangereux ou fragile. Dans certaines cr